Mars c’est le temps des semis

Avec l’humidité, le mois de mars est le moment idéal pour faire des semis. Nul besoin d’avoir une grande serre sophistiquée, seuls quelques petits récipients en plastique percés au fond, un peu de terreau et un abri à l’extérieur protégé au chaud suffisent. Pour que les graines évoluent il leur faut de l’eau, de la lumière et de la chaleur, mais avec des stades différents:

1- Tout d’abord un coin chaud sans trop de lumière pour les semis
2- emplacement bien éclairé dès que les plantes commencent à monter
3- un espace moins chaud pour les plantes en croissance.

Les plantules doivent être espacées pour que leur développement soit renforcé. Ensuite il faut les repiquer en pot individuel dès l’apparition des premières feuilles, en utilisant un très bon terreau.

Comment composter facile et naturel ?

Le compostage, c’est bon pour le jardin et pour votre environnement.

Le compostage est une décomposition naturelle de résidus organiques due à la présence d’oxygène, d’eau et de micro-organismes (insectes, vers…). On peut composter toute l’année, la meilleure période étant quand même du printemps jusqu’à l’automne. On peut composter ses résidus de cuisine (épluchures, marc de café…) et de jardin (végétaux de petite taille, tonte…).

Tout les particuliers peuvent utiliser une composteur pour réaliser du compost. Cela a pour effet de réduire 30 % de nos déchets et d’améliorer la fertilité du jardin.

 

  • Comment composter ?

Le compostage n’est pas uniquement un entassement de déchets, ce serait trop facile. Il faut varier les apports résidus cuisine et résidus végétaux, aérer pour faire circuler l’air. Le composteur avec un couvercle conserve l’humidité et la chaleur et active la décomposition.
Le compostage en tas à l’air libre est préférable pour les grands volumes et le processus est plus lent.

 

  • Les divers résidus

  1. Les résidus bruns et secs : feuilles, branchages, fleurs fanées, paille, foins, sciure non traitée, filtres à café, sachets de thé, coquilles d’oeufs, papiers et cartons…
  2. Les résidus verts humides : tontes de pelouses, feuilles vertes jeunes, fanes de légumes, fleurs, épluchures, marc de café…

Il est conseillé d’alterner les couches de résidus bruns et verts pour terminer par une couche de bruns.

A éviter : résineux, cendre, peaux d’agrumes, pain, plantes à graines.

 

  • Un savoir-faire…

Déposer dans le fond du composteur des branches pour favoriser une bonne aération et un bon drainage d’eau. Alterner les couches. Fermer le couvercle pour limiter l’évaporation et conserver la chaleur. Retourner le composte 2 à 3 fois par an.

Voici quelques effets indésirables :

– odeur désagréable = compost trop humide = effectuer un brassage pour aérer

– présence de moucherons = trop d’aliments sucrés = insérer des couches de résidus bruns secs

– compost trop sec = contenu trop sec = humidifier dans le composteur

  • Après 3 mois : utiliser le compost en paillis nutritif
  • Après 6 mois : utiliser le compost en amendement organique
  • Après 1 an : utiliser le compost pour rempoter les plantations.

Voilà tous les conseils des composteurs jardiniers pro !