Comment manger de tout sans grossir

Les bons réflexes alimentaires
L’obésité est dans certains cas génétique mais pas toujours. Manger sainement et avoir les bons réflexes alimentaires permettent de se nourrir, d’apprécier tous les aliments en protegeant sa santé.
On ne va pas donner ici un menu type pour maigrir impossible à respecter dans la vie trépidante que nous menons au quotidien mais quelques conseils de bon sens.

Attention ! Les étiquettes alimentaires à regarder à la loupe
Les étiquettes sont parfois trompeuses sur les paquets ou les emballages alimentaires. Une boisson affichant à base de jus de fruit contient en réalité du sucre, des conservateurs et des colorants. Des plats cuisinés comme du poisson pané qui annoncent riches en fibres ou en magnésium en contiennent très peu. Les slogans trompeurs vantant leurs produits et les produits soi-disant allégés contiennent souvent de la gélatine.

Privilégier les légumes et les fruits
On ne le répétera jamais assez : manger 5 fruits et légumes par jour est bon pour la santé.
Riches en vitamines et fibres, leur bienfait sur la santé a été démontré dans la prévention contre les maladies cardiovasculaires, du diabète et de l’obésité.

Limiter le sucre
A consommer avec modération mais ne pas le supprimer. Une étude publiée dans une revue américaine montre que la consommation quotidienne de 33 cl de boisson sucrée accroitrait de 20 % le risque cardiovasculaire comparativement à ceux qui en boivent 2 fois par semaine.

3 conseils au quotidien
– limiter le sel
– limiter les additifs
– privilégier les graisses insaturés oméga 3

 

Pourquoi certaines personnes aiment les épices, le sucre et d’autres détestent les saveurs amères?

Le goût est l’un des cinq sens. On distingue quatre saveurs élémentaires dans le goût: le salé, le sucré, l’acide et l’amer. Ces saveurs se développent grâce à l’action de la salive et les récepteurs des saveurs se localiseraient dans des zones bien spécifiques de la langue.

Mais pourquoi telle personne va préférer le sucré et une autre le salé? Les informations reçues par la langue sont traitées par le cerveau. Ce processus détermine le choix d’une personne pour consommer ou non un aliment.

La mémoire du goût
Nous apprenons le goût dès notre plus tendre enfance. Le choix des aliments se fait par rapport à l’environnement familial et aux relations échangées avec les parents. Il revient donc aux parents de faire goûter de nouvelles saveurs et d’initier les enfants au goût dans un contexte agréable. L’enfant dans ce cas garde en mémoire cette saveur en l’associant à un moment agréable. A l’état adulte une simple odeur pourra réveiller sa mémoire olfactive, gustative et il associera une saveur à un état de bien-être et à un moment agréable. C’est ce que l’on appelle « la madeleine de Proust ».

Les goûts socio-culturels
Les goûts ne sont pas identiques selon que l’on vit en France, en Chine ou Laponie! Les habitudes changent même en France d’une région à une autre. L’environnement, les ressources agricoles, l’économie, le climat sont autant sont autant de facteurs qui forgent nos habitudes alimentaires et qui conditionnent notre alimentation.

Le milieu social, la pratique d’une religion sont également des facteurs qui influencent notre mode de consommation. Il ne faut pas oublier aussi que l’industrie agro-alimentaire nous conditionne et nous incite à consommer certains produits en développant le goût pour le sucré par exemple.

Les habitudes alimentaires sont très difficilement modifiables à l’âge adulte. Les personnes âgées d’ailleurs ont un rapport très rigide avec la nourriture. On peut observer que certains éléments extérieurs tels que le tabac, certains médicaments, une mauvaise dentition peuvent émousser et altérer la perception du goût.

L’importance de l’odorat et de la vue dans le choix d’un aliment
La vue est le premier déclencheur de l’envie de goûter. La couleur, l’aspect, la texture sont des paramètres qui déclenchent l’envie de consommer.

Les odeurs et les arômes sont également importants dans le choix des aliments. D’ailleurs, nous constatons que nous ne percevons ni l’odeur ni le goût des aliments quand nous sommes enrhumés.

Le plaisir que procure le choix d’un aliment est indispensable à son assimilation et l’alimentation n’est pas seulement un apport énergétique pour l’organisme mais également un plaisir gustatif.
Le goût et la perception des saveurs sont infiniment variés d’une personne à une autre.Mais, heureusement, tous les goûts sont dans la nature !

Pate à crêpes sans grumeaux facile et rapide

Au chocolat, à la confiture, glace et chantilly ou tout simplement au sucre, les crêpes sont délicieuses à déguster. Tout le secret réside dans la pâte et dans sa consistance. Nous verrons comment réussir des crêpes garanties sans grumeaux.

Mais avant un peu d’histoire…
La fête de la Chandeleur est fixée au 2 février et correspond à une fête religieuse officiellement appelée la «Présentation du Christ au Temple». L’origine du terme «Chandeleur» est latine et peut être traduit par «fête des chandelles». La coutume consistait à allumer des chandelles à minuit en symbole de la purification de «Marie la Sainte Vierge».
Des crêpes étaient également distribuées aux pèlerins qui venaient célébrer la Chandeleur. Aujourd’hui de cette tradition, il ne reste que les crêpes, pour le plus grand régal de tous.

Tout d’abord les ingrédients :
– 250g de farine
– 4 oeufs
– un demi-litre de lait
– 1 pincée de sel
– 50 grammes de beurre fondu
– 1 sachet de sucre vanillé, rhum, grand-marnier selon les goûts

Commençons la recette :
Dans un saladier, verser la farine et former un puits dans lequel vous y mettrez les oeufs préalablement battus. Puis progressivement ajoutez le lait, peu par peu, tout en mélangeant avec un fouet, en ramenant la farine du bord du récipient vers le centre. Une fois que votre pâte est bien liquide et sans grumeaux ajouter la pincée de sel, le beurre fondu et toutes les saveurs que vous aimez : sucre vanillé, rhum, grand-marnier…

Conseil : ne mélangez pas la farine et les oeufs seuls, la pâte est trop dure et le lait aura du mal à s’y incorporer.
Vous pouvez utiliser également un fouet électrique.

Une autre formule pour éviter les grumeaux est de mélanger le lait et les oeufs et d’y incorporer petit à petit la farine.

Recouvrez la pâte et laissez la reposer 1 heure.
Pourquoi laissez reposer la pâte à crêpe ?
La farine contient du gluten et des protéines qui ont besoin de temps pour se combiner. Si la pâte n’est pas assez homogène, les crêpes seront dures et cassantes.

Une fois la pâte reposée, il suffit de faire sauter la crêpe dans la poêle bien huilée, et le tour est joué.

A vous d’inventer la décoration (chocolat, chantilly, fruits…) parce que le visuel est aussi important que la saveur.

D’ailleurs, pourquoi attendre la Chandeleur ? Les crêpes sont des délicieux desserts qui font le régal des grands et des petits, toute l’année !

Nous vous souhaitons bon appétit…