Les seniors : de l’énergie à revendre

« L’âge, c’est dans la tête », voilà une phrase qui reflète bien l’état d’esprit de nos séniors aujourd’hui ! Contrairement aux générations passées, nos ainés profitent de leur retraite pleinement et en toute quiétude. Devenir un sénior n’est plus une fatalité que l’on voit arriver avec angoisse. Bien au contraire, les séniors sont en bonne santé, aiment s’ouvrir aux autres et au monde et sont vigilants sur leur bien-être. L’ouverture d’esprit, le moral au beau fixe, une bonne hygiène de vie, une alimentation équilibrée, un bon suivi médical : serait-ce le secret de la longévité ?

De plus en plus de centenaires

Les prévisions des chercheurs sont unanimes, la vie s’allonge. On estime qu’en 2050 on atteindra le chiffre de 150.000 centenaires en France. Ils sont plus de 20.000 actuellement et ce qui était une exception il y a une dizaine d’années devient une évolution naturelle. Depuis les années 1970, on a constaté une forte augmentation des centenaires et les conditions de vie et de santé toujours plus favorables après 70 ans.

La question qui vient immédiatement à l’esprit est : « Est-on vraiment heureux d’atteindre une telle longévité et peut-on avoir une qualité de vie quand on avance en âge ? ». L’image des séniors a bien changé depuis le siècle dernier où l’on atteignait l’âge de la retraite totalement usé par des conditions de travail difficiles, de mauvaises habitudes alimentaires et des problèmes de santé pour lesquels il n’y avait pas encore de solution. Les séniors d’aujourd’hui paraissent au contraire jouir parfaitement de la vie dans le temps. Plusieurs causes peuvent expliquer ce changement.

Les raisons de cette nouvelle longévité

Tout d’abord, il faut préciser que les personnes ne sont pas égales face à l’avancée en âge. Il existe des facteurs comme l’hérédité qui conditionnent l’espérance de vie.

Mais il existe des facteurs bien réels, à l’origine du « boom des centenaires » qui permettent d’allonger la vie dans de bonnes conditions : les progrès de la médecine, de l’hygiène, de l’alimentation et des droits sociaux.
Le mode de vie est donc la principale cause de l’augmentation de la longévité de la vie. Cette évolution du bien-être physique s’accompagne par une amélioration du moral. En effet, la bonne santé permet d’accéder à de nombreuses activités et à une vie sociale riche et épanouissante.

Les secrets d’une longévité heureuse

Une longévité radieuse est la combinaison et l’équilibre de plusieurs facteurs tant physiques que psychologiques. Une bonne hygiène de vie sans tabac, ni alcool, ni trop de médicaments est la première des bases pour se préserver longtemps.

• Prendre soin de son corps
D’abord la façon la plus naturelle est de faire attention à son alimentation. Il faut manger varié et éviter une nourriture trop riche, trop grasse, trop salée et trop sucrée.

Les Oméga 3 sont reconnus par l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) pour leur participation à l’augmentation de l’espérance de vie en réduisant les risques d’accidents cardio-vasculaires. Ils permettent de fluidifier le sang, de baisser la pression artérielle et procurent du bon cholestérol à l’organisme. Leur consommation a une influence bénéfique contre certaines pathologies et ils améliorent le fonctionnement cérébral faisant baisser le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Les Oméga 3 sont des acides gras que notre corps ne peut pas produire, c’est pourquoi il est essentiel de consommer des produits qui en contiennent. On les trouve principalement dans les poissons gras (sardines, saumons, maquereaux…), il est d’ailleurs recommandé d’en consommer au moins 2 fois par semaine. On peut également trouver des Oméga 3 dans les huiles végétales (huiles de noix, de lin, de colza…) et dans certains légumes (épinards).

Les antioxydants sont un élément essentiel à une bonne santé. Ils luttent contre les radicaux libres qui sont à l’origine des cancers, des maladies cardio-vasculaires et du vieillissement des cellules. Les plus importants sont les vitamines C et E, le bétacarotène, le sélénium et le zinc. Donc petit conseil : consommez des carottes, des tomates, des oranges, etc…

Il est parfois difficile d’avoir une alimentation équilibrée et variée, c’est pourquoi on peut compléter en prenant des compléments alimentaires anti-âge.

• Mieux vaut prévenir que guérir !
Un bon suivi médical vous permettra de maintenir une bonne santé. Il est donc important de rendre visite régulièrement à son médecin traitant. Il vous rappellera les examens indispensables et les vaccinations notamment celle de la grippe. On n’y pense pas toujours, mais il est également important de prendre soin de ses dents car les conséquences d’une infection peuvent nuire à tout l’organisme.

• Prendre soin de son esprit
Les séniors d’aujourd’hui l’ont bien compris : le moral c’est la santé. Ils se retrouvent à une période de leur vie moins stressante où ils n’ont plus d’obligations salariales, ni d’enfants à charge et où ils ont tout le temps d’aménager des activités qui leur plaisent vraiment où de réaliser des rêves qu’ils n’avaient jamais pu concrétiser. C’est pourquoi nombre de séniors ont une vie sociale très riche. Ils peuvent se consacrer à :
• leurs petits-enfants (un sacré coup de jeune !)
• participer à des ateliers
• organiser des réunions, des sorties, des balades entre amis
partir en voyage en guadeloupe
• apporter leur aide à des associations, etc…

Les technologies nouvelles sont aussi un bon moyen de rester dans le coup. La plupart des plus de 70 ans ont et savent se servir d’un ordinateur. Certains même se lancent des défis comme apprendre à piloter un avion ou sauter en parachute ! Rien de tel d’ailleurs que des activités sportives pour régénérer l’esprit et le corps, que ce soit des sports collectifs ou une simple marche quotidienne, l’essentiel est de bouger. Même principe pour le cerveau, il faut le stimuler quotidiennement par des jeux, des lectures, des mots croisés, etc… Plus ça marche, mieux ça marche !

Quel que soit le créneau choisi, l’essentiel est de ne pas rester isolé. Rester ouvert d’esprit, fréquenter des gens de tous âges, avoir une vie active, avoir de nouveaux projets, c’est la meilleure façon de se sentir optimiste et de garder bon moral. Mais le meilleur « anti-vieillissement », c’est l’Amour ! Il n’y a pas d’âge pour aimer et l’amour chez les séniors n’est plus un tabou.

Je suis rédactrice professionnelle indépendante. Si vous désirez animer votre site, blog, plaquette publicitaire…. avec des articles de qualité, n’hésitez pas à me contacter à l’adresse mail suivante : trouspi31@yahoo.fr


Fleur de vanille : culture et vertus pour la santé

<

Miel, propolis, gelée royale… des nectars de bienfaits sur la santé

Depuis des millénaires, le miel est utilisé pour ses vertus médicinales, et pas seulement pour son goût suave et sucré. Un miel de qualité est un miel pur, naturel, sans additif ni conservateur. Il est composé de sucres simples, c’est-à-dire fructose et glucose, facilement assimilables par l’organisme. Les diabétiques peuvent donc en consommer sans aucun danger en petite quantité.

On connaît bien évidemment la cuillère de miel dans un café ou un thé chaud, une pâtisserie ou un yaourt. Mais le miel est aussi utilisé dans les hôpitaux pour panser les plaies et améliorer la cicatrisation, par exemple.

Quelle utilisation pour notre santé ?
Des études scientifiques ont confirmé les vertus thérapeutiques du miel. Plusieurs expériences menées dans des centres hospitaliers ont démontré que le miel aurait un effet cicatrisant et antibactérien. Il produit naturellement de l’eau oxygénée indispensable dans le traitement des plaies.

Dans d’autres domaines, le miel peut également traiter les maux de gorge, prévenir l’arrivée de la grippe, les gastro-entérites et même, dans certains cas, soigner le staphylocoque doré. Il est aussi un très bon moyen de traiter la sinusite.

Le sucre étant très naturel, il ferait baisser la glycémie et la tension chez les diabétiques, et aurait un effet sur le psoriasis et les ulcères.

Comment est fabriquée la gelée royale ?
La gelée royale est sécrétée par les abeilles nourricières et constitue le régime alimentaire exclusif des reines. C’est un concentré très riche qui est utilisé en cas de fatigue et de surmenage. C’est un stimulant qui renforce les défenses immunitaires.

La propolis : puissant antiseptique
La propolis est le résultat de diverses sécrétions d’abeilles, d’écorces et résines. Elle a des vertus antiseptiques, mais également des vertus antifongiques, anti-inflammatoires et anesthésiantes.

Le pollen : un fortifiant
Le pollen est la principale nourriture des abeilles et est riche en vitamines, protéines et minéraux (fer, magnésium). C’est un très bon fortifiant préconisé pour les personnes âgées ou des personnes ayant des carences en vitamines, ou les femmes enceintes. Il renforce le système immunitaire.

L’avenir de l’abeille…
Malgré toutes les études réalisées qui ont démontré ses vertus thérapeutiques, le miel n’est toujours pas reconnu officiellement au niveau médical. Il possède pourtant un potentiel certain pour un coût très réduit. Plusieurs associations d’apithérapie ont pour objectif de promouvoir la recherche et la reconnaissance de l’utilisation du miel.

Outre l’utilisation du miel, un gros problème se pose dans le monde entier. Les ruches ont tendance à disparaître à cause de la pollution, des parasites, de la diminution de la biodiversité. Or, l’abeille est un chaînon clé de l’écosystème. En effet, son rôle pollinisateur est essentiel à la survie de nombreuses espèces végétales et, par ricochet, pour l’espèce humaine.

Oignon mon ami, pourquoi me fais-tu pleurer ?

Nous avons tous été confrontés, à un moment de notre vie, à ce petit désagrément: pleurer en épluchant des oignons. Les yeux rouges qui piquent, les larmes qui roulent sur nos joues…
Ce problème ne nous empêche pas, malgré tout, d’en consommer. Heureusement, car les oignons sont excellents pour la santé et donnent une saveur incomparable à tous nos plats.
Peut-on expliquer ce phénomène scientifiquement? Quels composants provoquent cette réaction larmoyante quand nous coupons un oignon?

Nous verrons également par la suite quelques astuces pour éviter de larmoyer.

L’oignon : une réaction chimique
L’oignon est composé d’une substance soufrée et d’une enzyme que l’on nomme allinase. Cette enzyme est libérée lors du découpage de l’oignon et s’amalgame au soufre. Cette substance très volatile devient alors extrêmement irritante pour les yeux. Le mécanisme classique d’auto-défense de notre organisme se met alors en place. Le cerveau est immédiatement alerté de cette intrusion agressive et il enclenche la seule défense possible: les larmes. Ces larmes permettent de rincer les yeux et donc de les protéger.

Astuces pour éviter de pleurer
Les particules soufrées sont volatiles. Il suffit donc de passer l’oignon sous un filet d’eau pendant quelques secondes pour que ces particules soient dissoutes dans l’eau. L’effet lacrymogène est donc immédiatement stoppé. Cette astuce est la plus usuelle et la plus efficace en cuisine.

Enfin, l’oignon libère davantage son acidité quand sa chair est arrachée. Il est donc préférable d’utiliser un couteau très aiguisé afin de couper l’oignon en fines lamelles. Ainsi, les éléments volatiles sont canalisés et ne se dispersent pas.

Eplucher et couper quelques oignons est une opération facilement gérable. Mais cette activité devient plus complexe quand il s’agit de la traiter en grande quantité et de façon professionnelle. Le problème est apparemment assez important pour que des chercheurs scientifiques étudient le moyen de mettre au point un oignon transgénique qui ne ferait pas pleurer. Il suffirait de retirer le gène lacrymogène du bulbe, donc l’enzyme. Le problème est que l’enzyme, responsable de nos larmes, donne également le goût acide à l’oignon et donc toute sa saveur particulière et appréciée.

Supprimer cette enzyme ne serait-il pas «tuer» la valeur intrinsèque de l’oignon?

Une bonne soupe à l’oignon ne vaut-elle pas quelques larmes ? Qu’en pensez-vous ?