Depression hivernale : comment lutter ?

Le froid, les beaux jours qui raccourcissent entraînent parfois une déprime passagère. Faut-il s’en inquiéter et comment interpréter ce phénomène ?

A quel moment peut-on parler de dépression hivernale ? Est-ce une fatalité ? Comment peut-on l’éviter ? Sommes-nous tous égaux devant ce phénomène ?

Afin de répondre à ces questions, il est important de déterminer les effets que la dépression hivernale provoque sur notre organisme et son fonctionnement.

Peut-on diagnostiquer la dépression hivernale ?
La dépression saisonnière est un état qui s’installe au début de l’hiver et qui s’arrête au printemps avec l’arrivée des beaux jours. Elle ne doit pas être confondue avec un état de dépression chronique car sa durée est limitée dans le temps et revient durant la même période chaque année. Les symptômes sont identiques à ceux d’une dépression classique c’est-à-dire fatigue, baisse de vitalité, insomnies… Cet état modifie notre comportement social, affectif, professionnel mais ne nous empêche pas d’assumer nos tâches quotidiennes. Les symptômes doivent être diagnostiqués rapidement afin de comprendre son mal-être et d’adopter un comportement approprié.

Quelles sont les principales causes ?
Cette dépression est limitée dans le temps et donc les causes sont assez faciles à déterminer. La baisse de température et surtout la diminution de l’intensité et de la durée lumineuse seraient les deux principaux effets déterminant de ce processus. Ce trouble toucherait plus souvent les femmes que les hommes et certaines personnes seraient plus sensibles que d’autres.

A cause d’une hormone
La mélatonine intervient également dans ce déséquilibre hormonal. Cette hormone est sécrétée par notre cerveau pendant la nuit et favorise notre endormissement. La lumière du matin permet à cette hormone de chuter et de stimuler notre centres de réveil et de vitalité. Le manque de luminosité ne permet donc pas de réduire le taux de mélatonine qui se retrouve en quantité anormalement élevé dans notre organisme. Ce déséquilibre induit donc tous les désagréments de la dépression : fatigue, irritabilité, insomnie, tristesse…

Quels traitements adoptés ?
Les consultations chez un thérapeute spécialisé ou les médicaments antidépresseurs sont le plus souvent adoptés par la personne souffrant de ces troubles. Les médicaments notamment sont des moyens rapides d’apaisement avec effets immédiats et qui soulagent la personne en l’aidant à passer ce cap difficile.

Il est également possible de remédier à ces désagréments d’une autre façon. Une exposition à la lumière le plus régulièrement et le plus souvent possible permet de baisser le taux de mélatonine et de stimuler notre cerveau. La pratique du sport, se nourrir de façon équilibrée avec un apport régulier en vitamines, exercer des passions sont des atouts non négligeables et nécessaires pour ne pas « tomber dans la dépression ».

Il est donc judicieux de se préparer à l’arrivée de l’hiver en connaissance de cause et d’accepter les petits désagréments de la saison.

Be Sociable, Share!

Une réponse sur “Depression hivernale : comment lutter ?”

  1. Ping : Senup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.