Vice caché immobilier au Québec

Un vice caché immobilier est un défaut important du bien vendu, souvent en condominium.

Conformément à l’article 1726 du Code civil du Québec, le vendeur doit garantir que le bien est exempt de vices cachés lors de la vente. Cependant il n’est pas responsable des vices connus par l’acheteur ou des défauts apparents et clairement visibles qui peuvent être constatés par un acheteur minutieux lors de la visite.

Un vice caché altère grandement la valeur ou l’usage du bien et si l’acquéreur en avait eu connaissance à l’achat, il se serait probablement rétracté ou demandé une réduction de prix… Pour être considéré comme vice, le défaut doit être grave, antérieur à la vente, inconnu de l’acheteur et bien entendu caché.

Un litige ne manque alors pas de surgir dans cette situation et il est tout à fait possible de faire appel à un avocat spécialisé en droit immobilier. Quel est alors le rôle de ce professionnel? Continuer la lecture de « Vice caché immobilier au Québec »

Faut-il acheter de l’immobilier

La pierre est une valeur sûre ! Cette idée est confirmée par les plus grands experts et acteurs immobiliers. Le placement immobilier se révèle aujourd’hui, et ce depuis les années 1980, être le rendement financier jugé le plus rentable à long terme pour les particuliers.

Des investissements immobiliers gagnants

Depuis les années 1980 jusqu’à nos jours, le secteur immobilier n’a pas déçu les investisseurs. Le secteur a bien évidemment connu des moments de crise qui sont toujours inévitables, mais le marché tient bon face au trading et aux actions en bourse qui ont été les placements les plus intéressants jusqu’en 1995. A partir de cette date, l’immobilier a gagné la première position. Il est devenu leader des taux de rendement. En effet, le taux d’un investissement immobilier de condos est 15 % plus élevé par rapport aux rendements d’un placement sur le CAC 40 et bien devant le livret A, les assurances-vie et même l’or. Continuer la lecture de « Faut-il acheter de l’immobilier »