L’assurance auto, réduire la facture une fois à la retraite

retraite-et-assurance-auto

Les cotisations pour la prime d’assurance auto font parties des versements réguliers les plus importants. Atteignant parfois plusieurs milliers d’euros par an pour les plus malheureux, le budget des Français est lourdement impacté. Avec des revenus plus faibles, les retraités peuvent avoir des difficultés à s’accommoder de telles dépenses.

Les retraites diminuent et les retraités ont de plus en plus de mal à « joindre les deux bouts ». La prime d’assurance auto étant parfois trop importante, il existe des solutions pour réduire la facture.

Contrats spécifiques, garanties plus faibles ou encore prime d’ancienneté tout est bon pour faire des économies.

 

Assurance au tiers ou assurance au tiers étendu

L’assurance tous risques vous protège financièrement contre tous types de dommages que vous subissez et que vous infligez à des tiers. C’est le niveau de garantie maximum en France, c’est donc également celui qui coûte le plus cher.

 

L’assurance au tiers est le niveau de garantie minimum en France, elle vous protège financièrement uniquement contre les dommages que vous pouvez infliger à des tiers. Autrement dit, vous n’êtes pas couvert en cas d’accident responsable si vous vous infligez vous-même des dommages matériels ou corporels. Un tel contrat peut être intéressant financièrement étant donné les tarifs imbattables qu’il propose. Une fois à la retraite, plus rien n’est pressant, la prudence sur la route devient une routine, il peut être intéressant de choisir de basculer sur un contrat d’assurance au tiers pour faire diminuer le montant de la prime d’assurance.

 

Mais, certains vont rester réfractaires quand au niveau de garantie proposé dans les contrats d’assurance au tiers qu’ils jugent trop faible. C’est pourquoi les compagnies d’assurance ont jugé bon de mettre en place des contrats d’assurance au tiers « étendu ». Ce sont des assurances au tiers incluant des garanties supplémentaires s’adaptant aux besoins de l’assuré. Moins chers que les contrats tous risques, mais plus chers que les assurances aux tiers classiques, ces contrats restent intéressants étant donné qu’ils permettent de créer un bon rapport qualité/prix pour rouler moins cher sans pour autant négliger les questions de sécurité.

 

Des formules adaptées à votre profil

Il existe des contrats moins connus que les contrats d’assurance classiques, mais qui sont parfaitement adaptés aux retraités :

  • La formule d’assurance « promenade » permet de retirer les trajets domicile/travail et travail/domicile. Selon les statistiques, ce sont ces trajets qui sont les plus mortels en France et qui, sur le principe du pot commun, gonflent le montant des primes d’assurance auto.

Un retraité n’a plus besoin de s’assurer sur ce type de trajet étant donné qu’il est à la retraite. Souscrire un contrat d’assurance promenade peut être une bonne solution pour faire des économies.

  • Sur le même principe, la formule assurance au kilomètre permet d’ajuster le tarif, selon le kilométrage que vous réalisez sur une année. Avec cette formule, vous pouvez rouler en toute sécurité pour un moindre coût. Attention cependant à ne pas dépasser le plafond de 8 000 km par an qui serait alors un motif d’exclusion.

 

Et après…

Le marché de l’assurance est en perpétuelle évolution. Avec la loi Hamon qui renforce l’aspect concurrentiel du marché en facilitant les résiliations, les assureurs cherchent sans cesse de nouveaux contrats permettant de réduire les coûts de l’assurance auto.

 

Récemment, la MAIF a annoncé vouloir mettre en place un contrat « 4+2 », aussi appelé contrat « Cendrillon ». Ce contrat a pour objectif de proposer 60 jours d’assurance tous risques aux assurés possédant une assurance auto et désireux de conduire occasionnellement un deux roues. Assuré au tiers le reste de l’année, c’est à l’assuré de décider du moment où il souhaite conduire son deux roues directement via l’application pour passer en assurance tous risques à des prix imbattables.

 

Plus futuristes, les assurances connectées et le PAY AS YOU DRIVE sont en pleine expansion. Avec pour objectif de juger la conduite d’un automobiliste, ces assurances accordent des primes aux assurés ayant été jugés bons conducteurs. Un retraité qui réalise essentiellement des trajets courts et moins fréquemment qu’un jeune actif, va pouvoir bénéficier de tarifs préférentiels.

Plus d’informations à retrouver sur le site comparer-les-assurances-auto.com

Pourquoi souscrire à une assurance vie?

On entend beaucoup parler de l’assurance vie, mais finalement, on en sait assez peu sur le sujet. Pourtant, l’assurance vie est un placement très intéressant qui peut présenter bien des avantages, notamment en matière de succession.

 

Le principe du contrat d’assurance vie

Le contrat d’assurance vie permet à celui qui le souscrit de désigner une personne qui sera le bénéficiaire des sommes versées au contrat par le titulaire. Ce dernier peut désigner la personne de son choix en tant que bénéficiaire. Il peut également désigner plusieurs personnes et leur attribuer des parts du capital constitué. A défaut d’une désignation nominative du ou des bénéficiaires, les capitaux collectés sur le contrat seront versés au conjoint, à défaut aux enfants, et à défaut aux héritiers. L’assurance vie est donc un outil de succession qui peut s’avérer très judicieux.

assurance vie sénior
assurance vie

Les avantages du contrat d’assurance vie

  • Constituer une épargne à son rythme

L’assurance vie permet de constituer un capital à plus ou moins long terme. Plus on programme tôt des versements, plus on enrichit son capital. Cette épargne va prendre de la valeur au fil des années, mais aussi permettre d’affronter des dépenses imprévues.

  • Valoriser son capital

Il existe différents types de contrats d’assurance vie. Les plus fréquemment rencontrés sont:
Les contrats en unités de compte: les fonds sont investis sous forme d’actions, d’obligations, de parts d’OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs immobilières), etc. Ils varient en fonction de l’évolution des marchés boursiers ou immobiliers et ne sont donc pas garantis.
Les contrats en euros (contrats mono-support): les fonds versés sont garantis et produisent des intérêts au titre du taux minimum garanti prévu au contrat.
Les contrats multi-supports: il s’agit d’un combiné des deux placements: placements en euros et placements en unités de compte.

Dans tous les cas, il convient de bien identifier ses besoins et si nécessaire, de souscrire différents types de placements ayant chacun un objectif précis.

 

Optimiser sa succession

Utiliser l’assurance vie comme outil pour préparer sa succession est très intéressant puisque le versement des fonds au décès du titulaire est exempt de droits de succession dans la limite d’un capital de 152 000 euros. Au-delà de ce plafond, l’article 990-I du Code général des impôts soumet ce contrat à une taxation forfaire de 20 %. Par ailleurs, l’article 757-B du CGI impose les primes versées par un titulaire âgé de plus de 70 ans à compter du 20 novembre 1991, si celles-ci dépassent la somme de 30 500 euros.
Ce mécanisme permet ainsi de protéger ses héritiers, notamment lorsqu’ils ne se trouvent pas en ligne directe.

 

Profiter d’une donation non taxée

Le bénéficiaire peut désigner un tiers comme bénéficiaire, même en cas de vie au jour du versement du capital. Il s’agit alors d’une donation exemptée de droits de donation, puisqu’elle est aussi non taxée en deçà des 152 000 euros.

 

Bénéficier d’une fiscalité attrayante

Bien qu’elle soit moins avantageuse que par le passé, l’assurance vie reste un mécanisme fiscal de choix. D’une part parce que les intérêts capitalisés au contrat sont exonérés d’impôts durant toute la vie du contrat. D’autre part, parce qu’au bout de huit ans, les rachats et retraits effectués sur le contrat sont également exonérés d’impôts. Cependant, tout retrait, même après huit ans, reste soumis aux prélèvements sociaux de 11 %.
Attention, pour tous les contrats souscrits à partir du 26 septembre 1997, les plus-values sont taxées à hauteur de 7,5 % à la sortie du contrat. Cette fiscalité s’applique après un abattement annuel de 4 600 euros pour une personne seule et de 9 200 euros pour un couple marié.

Source : http://deces-vie.bonne-assurance.com